Voyage équitable au Pérou et en Amérique Latine

Les habitants de El Hormiguero dans la forêt tropicale du Campeche

Présentation

Notre voyage du jour nous mène au sud de la péninsule du Yucatan, dans l'État de Campeche.

Pour arriver jusqu'à la communauté d'El Hormiguero, nous devons prendre un bus local depuis Tulum jusqu'à Chetumal. Puis, nous empruntons un second bus reliant Chetumal et Xpujil, un village tout proche de la municipalité de Calakmul.

Nous avons la chance inouïe de toucher du doigt la Réserve de Biosphère de Calakmul. Avec ses quelque 723 185 hectares, elle est la plus grande réserve mexicaine de forêt tropicale. Elle fut tour à tour déclarée au Patrimoine mondial de l'UNESCO puis de l'Humanité depuis 2002.

ruins-of-calakmul-3921773_960_720.jpg

La petite localité de Eugenio Echeverria Castellot II nous ouvre déjà grand ses portes. Ses 250 habitants y coulent des jours heureux, entourés par la faune et la flore parmi les plus foisonnantes du Mexique. Ils proviennent en grande majorité des régions de Chiapas et Tabasco.

Capture du 2020-02-12 10-58-05.png
Les habitants de cette région et plus particulièrement de ce village appartiennent à l'ethnie Chol, descendants des Mayas. La communauté est localisée à l'intérieur de la zone tampon de la réserve et à seulement 7 kilomètres du site archéologique El Hormiguero.
Nous rencontrons notre guide pour les prochains jours, Aureliano. Il est spécialiste de la nature et habite la communauté El Hormiguero.

Plantons le décor. Les cabanes qui accueillent les voyageurs au sein même de la communauté sont spacieuses et construites avec le bois des forêts environnantes. Il est même possible de se reposer sur la terrasse extérieure et d'admirer une superbe vue.

Capture du 2020-02-12 10-57-11.png

Un restaurant offre aux visiteurs une excellente nourriture locale. Aureliano nous raconte qu'il a été créé en étroite collaboration avec un hôtel voisin, ce qui a permis aux femmes de la communauté de participer à des formations, notamment de dressage des assiettes et de service.

La communauté propose aux voyageurs qui s'aventurent jusqu'ici des visites et activités locales toujours respectueuses des Hommes et de leur environnement.


Que diriez-vous de partir en vélo ou à pied, en famille, en couple ou entre amis, afin d'observer la flore et la faune locales ? Plus tard, une belle visite des jardins cultivés par les familles de la communauté sera organisée par Aureliano. C'est dans ces petits paradis que poussent les produits frais servis au restaurant.

Capture du 2020-02-12 10-55-03.png

Si vous avez de la chance, vous visiterez la communauté pendant la période de la récolte des piments Jalapeño. Tous les ans, la récolte commence en novembre, puis le processus de production s'étend jusqu'en décembre avec le séchage et le fumage grâce des techniques ancestrales.

Si vous venez en février, vous préparerez sûrement avec une dame de la communauté la fameuse sauce Chipotle à base de piment. Sa fabrication artisanale est prisée au Mexique et ces petits bocaux sont distribués dans tout le pays.

La mise en place de l'accueil des voyageurs au sein de la communauté El Hormiguero permet non seulement de créer des emplois, mais c'est aussi une nouvelle source de revenus pour les jeunes.

Capture du 2020-02-12 10-54-04.png

Ils reprennent goût dans la vie en communauté et ne partent plus autant qu'avant. Aureliano nous raconte que « les échanges d'idées et d'expériences entre les habitants et les voyageurs est très enrichissant, cela ajoute des connaissances pour tout le monde. »

Notre guide nous précise aussi qu'ici, il y a beaucoup d'étudiants et de scientifiques qui viennent explorer les environs pendant de nombreuses semaines, afin d'en savoir davantage sur les éléments qui nous entourent.

Aureliano apprend beaucoup de choses à leurs côtés et cela l'encourage vivement à déployer ses connaissances auprès des voyageurs par la suite.

Puisque nous sommes ici, nous en profitons pour partir à la découverte d'un des sites mayas de la région : El Hormiguero, toujours en compagnie de notre guide local.

Capture du 2020-02-12 10-55-24.png

Son nom provient d'une fabrique locale de chewing-gum implantée ici dans les années 1930.

Nous commençons cette belle balade par un trajet de 7 kilomètres en vélo depuis notre cabane.

Nous empruntons un chemin et faisons déjà une pause au niveau de la Laguna Milagro. La magie opère : nous observons des espèces d'oiseaux locales ainsi que... des crocodiles qui se dandinent dans la boue.

Notre sortie de la matinée se clôture par un excellent déjeuner en pleine nature, avant de commencer à proprement parler la visite des ruines, appartenant au site maya El Hormiguero.

Capture du 2020-02-12 10-56-16.png

Le ventre bien rempli de succulentes spécialités locales, nous nous attardons maintenant dans un site emblématique de la culture maya.

Le style architectural utilisé pour la construction de cet édifice est le Rio bec, c'est ce que nous explique Aureliano. On le reconnaît aux coins arrondis des monuments ainsi qu'à une abondante décoration faite de dessins géométriques et figures en tous genres.

Capture du 2020-02-12 10-55-51.png

Si cela vous intéresse, vous pourrez approfondir votre connaissance de ce style architectural en visitant les sites mayas voisins, comme Xpujil, Becan et Chicaná.

Ce qui fait la beauté du site El Hormiguero est qu'il est très peu fréquenté par les voyageurs, donc encore préservé du tourisme de masse.

Effectivement, nous nous sentons privilégiés lors de cette visite puisque nous sommes quasiment seuls sur le site... Un rêve pour tout explorateur !

Pour pousser l'aventure jusqu'au bout, notre guide Aureliano nous a même proposé de passer la nuit sur le site... Rien de tel pour observer un merveilleux coucher de soleil...

Il faut savoir que la préservation de l'environnement est la priorité de cette communauté du Campeche. C'est ainsi que 1005 hectares de la municipalité sont protégées par l'État, y compris les nombreuses espèces endémiques. Chaque habitant des environs participe à la conservation et reforestation de cette zone.

 shelley-pauls-u0emJqBMwJY-unsplash.jpg

Pour palier le manque de visibilité des communautés locales sur internet, une initiative locale portée par une association de protection de la nature a décidé de promouvoir les projets de plusieurs communautés, dont El Hormiguero.

Une meilleure présence sur le web, notamment sur les réseaux sociaux, permettra aux voyageurs du monde entier de choisir une forme alternative de tourisme pour leur séjour au Mexique et d'accéder plus facilement à ces communautés.

icone nl

Recevez nos bons plans

Ou envoyez-nous un email
contact@terresdesandes.org

Être rappelé

Laissez-nous votre numéro et un conseiller vous rappellera

Facebook
Twitter

On parle de nous dans la presse !

bandeau presse